Ravin de Los Algezares et ascension de Morro Blanco (Sierra de las Moreras)

Circuits de Randonnée

Cette randonnée parcourt l'un des endroits les plus emblématiques de la municipalité, la 'Sierra de las Moreras'. Il partage sa dénomination avec le torrent de 'Las Moreras' (Les Mûres) par l'abondance à l'alentour de ces arbres quelques siècles en arrière. Comme tant d'autres, cette montagne a subi de graves déforestations au XVIe siècle dues aux besoins de combustible des fours miniers. Le parcours traverse quelques zones d'extraction de gypses et des fours de calcination de ces derniers.


Effort physique

Nous trouvons des pentes longues et/ou la durée peut être supérieure à 3 heures.

Effort technique 

Chemins et sentiers avec des sections rocheuses ou des surfaces abruptes. Le parcours peut être délicat ou difficile à suivre.

Distances

3,3 km (aller uniquement)

Dénivelé

Hauteur de départ: 60 mètres au-dessus de la mer.
Cote maximale: 488 mètres au-dessus la mer au sommet.

Durée:

3 heures et demie à peu près.

Les coordonnées GPS (UTM DATUM E1950)

Au départ: X 647021 Y 4161727
Maison du Ravin: X 646954 Y 4160489
Coteau: X 647131 Y 4160242


En apparence, la randonnée manque de richesse végétale, mais au long de ce parcours nous connaîtrons le coeur même de la montagne où nous découvrirons un bois de pins et ensuite, dans la montée au “Víboras” ou “Morro Blanco”, nous jouirons de la grande panoramique qu’offre son sommet et nous pourrons découvrir sa richesse botanique et sa faune. Ce n’est pas en vain que cette montagne jouit des protections de sa désignation sous le terme de Paysage Protégé, LIC (Lieu d'Intérêt Communautaire) et ZEPA (Zone de Protection Spéciale pour les Oiseaux) ce qui exige de tous de prendre des précautions et de prendre soin de minimiser les dommages à la flore et la faune durant le parcours.

D’un point de vue botanique, il faut souligner les “Cornicales”, “Palmitos”, “Orovales”, plantes aromatiques comme “Tomillo” (Thym), “Romero” (Romarin), “Artemisa” (Armoise) et “Lavanda” (Lavande) et dans une zone écartée de la montagne une population de "Cyprès de Carthagène", une espèce ‘africo-ibère’ en plus de l’arbuste de “Sabina” (Sabine-Cèdre) entre les rochers, les “Jara” (Ciste), sans oublier quelques herbacées comme les “Ombligos de Vénus” (Nombrils de Venus), “Orquídeas abejeras” (Orchidée d’abeilles), ..etc. En ce qui concerne la faune, on peut se laisser surprendre par la “Tortuga mora” (Tortue mûre), “Águila perdiguera” (Aigles), “Halcón peregrino” (Faucon pélérin) et “Búhos Reales” (Hiboux).

Randonnées

Nous arriverons au commencement de la route en circulant par la N-332 (Ctra. Mazarrón-Águilas). En supposant que notre sens de marche soit de “Mazarrón vers Águilas”, nous devons chercher un chemin qui s'écarte perpendiculairement à notre route sur le côté gauche. Nous le trouverons quand nous serons sur le point de passer un raidillon d’environ deux cents mètres connu populairement comme "La Cuesta Dura". Depuis le dernier rond-point (où il y a une machine ancienne jaune de Travaux Publics, juste après le supermarché “Mercadona” à la ville de Mazarrón) jusqu’à trouver le chemin de randonnée, il y a 1.700 mts, ou au contraire, 500 mts avant d'arriver à un grand contournement qui donne accès à la déviation à “Mazarrón”. 

Une fois entrés dans le chemin, nous trouvons les ruines d'une maison. Nous nous garons et nous nous préparons pour commencer la marche. À droite de la maison nous verrons un chemin qui s'écarte vers la montagne par lequel il est possible de continuer sans grande difficulté. Après une petite colline, nous arriverons à une plantation d'oliviers entourée par le chemin, et nous continuons pour ‘attaquer’ le début du ‘Ravin “de Algezares”. Nous le débutons en passant près d’une canalisation que traverse perpendiculairement le ravin.

Nous continuons de marcher tout droit en laissant derrière la canalisation et peu après le chemin disparaît et devient un sentier un peu rocailleux. À notre gauche, à l’autre côté du ravin, les vestiges et les tronçons de l’ancien chemin minier nous accompagnent, chemin qui transportait les productions de gypse du ravin et des terres colorée "láguenas".

Nous suivons par le sentier et à notre droite, nous trouverons une ancienne petite carrière d’extraction de terres “láguenas” d'une couleur bleutée.

Le sentier continue encore un peu jusqu’à arriver au même ravin. Là, le sentier se divise en fourche. Le parcours continue vers la droite dans la direction des ruines d’une petite maison qui se trouve à un niveau moyen du coteau.

Ces ruines seront notre référence pour nous orienter. Nous continuons par le sentier en direction de la maison en nous écartant légèrement et peu à peu du lit du ravin par son côté gauche. Ne pas suivre un autre sentier qui se déroule le long du même lit du ravin en direction sud-ouest. Si nous le faisions, nous commencerions le parcours ‘rose’ que nous décrivons ensuite brièvement.

Randonnée Rose

Itinéraire du coteau “Collado de la Paridera”

Distances: 4,5 km à peu près (aller uniquement)

Il s'agit d'un sentier ancien servant à traverser la montagne par le coteau du “Collado de la Paridera”. Le départ jusqu’au lieu dit coteau est assez simple de l’endroit où nous nous trouvons. Mais nous devons signaler un danger; dans le ravin, près du sentier, il y a un puits d'environ huit à dix mètres de profondeur sans protection, de sorte que nous vous incitons à être très prudents. Plus loin, après avoir passé le coteau, le sentier disparaît. Il n’a pas de problèmes d’orientation, puisque le ravin lui-même nous conduit le long de son lit mais, maintenant vers le bas. Juste quand nous sommes sur le point d'arriver à la fin du ravin, les premières difficultés se présentent. Nous déconseillons donc le parcours aux personnes peu habituées aux terrains escarpés et inclinés. C'est le point de difficulté 5 dans notre échelle de difficulté technique.

Une fois arrivés au bout du ravin, nous rencontrons une rétenue d’eau et un chemin qui conduit à quelques serres agricoles. Comme on peut le voir sur la carte photographique, nous poursuivons par le côté de la plantation jusqu'à trouver un chemin presque abandonné derrière quelques monticules de terre. Celui-ci conduit au parcours rouge. C’est une fois là que nous décidons quel itinéraire choisir. (Voir les explications spécifiques de cette randonnée).

Le sentier continue et traverse une ancienne zone d'extraction de gypses qui conserve les vestiges de fours rudimentaires. Cette zone de fours est divisée en deux terrasses, une plus haute que l'autre, que le sentier emprunte une fois divisé en deux. Peu importe de passer par l’une ou l’autre, tant que nous ne perdons pas les ruines de la maison comme notre référence malgré que nous commençons déjà à ne plus pouvoir la voir à cause des différences d’hauteur et de la végétation qui nous sépare d’elle. C’est un lieu idéal pour se reposer. Si vous avez envie de faire la photo de rigueur et d’entreprendre le retour, le parcours jusqu’ici a été une promenade suffisante pour connaître le Ravin de “Barranco de Algezares”.

Quant aux autres, nous continuerons en direction de la maison. Nous serons obligés de monter par une très forte pente, qui monte perpendiculairement par un petit torrent transformé en sentier par les randonneurs, jusqu’à la maison.

Une fois arrivés, nous en profitons pour récupérer. Le sentier part depuis la gauche de la maison et se dirige vers le coteau qui se trouve au sud. Nous nous dirigeons vers le coteau par un sentier incliné qui fait une fourche, et s'entremêle avec lui-même de façcon irrégulière. Un dernier effort nous emmènera jusqu’au coteau. Nous avons, pour la première fois, une immense vue panoramique sur la côte de “Mazarrón”.

Le coteau est un lieu idèal pour finir la randonnée pour ceux qui ne veulent pas affronter la dernière étape qui se déroule à travers champ. Le sommet à notre droite est le “El Víboras” de 488 mts (dans les cartes 1:25.000, l'I.G.N apparaît comme “Morro Blanco”), l'objectif final du parcours. Pour entreprendre ce dernier tronçon, nous ne pouvons pas donner beaucoup d'indications, puisqu'aucun itinéraire défini n'existe. Au départ, un sentier qui conduit au sommet apparaît mais ensuite, il disparaît pratiquement. Il faut redoubler de précautions à cause du terrain escarpé et sauvage. Depuis le sommet, nous contemplerons un panorama large et magnifique de toute la municipalité. Entre les fentes de la pierre, à la base du sommet géodésique, il est habituel d’y trouver un petit ‘Cahier de Sommet’ pour que les visiteurs du lieu déposent quelques pensées. Après, il faut le laisser bien à l’abri à l’endroit même où il se trouvait. Le retour se fait par le même sentier par lequel nous sommes venus. Milles bravos et profitez du moment et de la vue. 

Circuits de Randonnée
Recherchez
un hébergement

Réservation en ligne
Piscine
Accessible aux personnes handicapées
Recherche
Recherchez
des restaurants
En bord de mer
La Gastronomie de Murcie
Recherche
Calendrier
MAZARRÓN

Recherche
**encuentra-actividades**
Recherche
Recherchez br>des offres
Recherche

Partagez Mazarrón

Information Touristique

968 59 44 26

Newsletter